HOME / LE DRAPEAU / LE BLASON / L'HYMNE / PRÉCÉDENT

Odilio Luis Urfé González (Madruga, 1921-La Habana, 1988)

Musicologue, musicien de formation académique, pianiste, professeur et chef d'orchestre.

Membre d'une famille de musiciens cubains de renom. Fils de José Urfé, qui le poussa aux études musicales ; premièrement dans la Bande de musique de Madruga, ensuite dans l'Orchestre de danse. Il suivit des études de musique, en plus, avec sa mère, Leonor González et avec la professeur Maria Josefa Pardinas qui l'initia au piano, et ensuite au Conservatoire Municipal de La Havane (1938 - 1947), avec la professeur Luisa Maria Chartrand, qui renforça ses connaissances de piano, flûte, violon, contrebasse, percussion et composition.

Il exerça comme pianiste dans divers groupes. En 1931 il fonda et dirigea l' Orquesta Ideal ; de 1942 à 1950, il est flûtiste de l'orchestre de Cheo Belén Puig et pianiste de l'Orchestre de Musique de Chambre du Conservatoire Municipal de Musique de La Havane.

Stimulé par Leopoldo Stokowski et d'autres, il fonda l'Institut de Recherches Folkloriques (ensuite Séminaire de la Musique populaire et, après sa mort, Centre d'Information et de Documentation Musicale). Installé dans l'antique Eglise de Paula, avec la coopération, en plus d'autres importantes figures de la culture cubaine de l'époque. De là il se projeta comme l'un des plus importants spécialistes et promoteurs de la culture musicale cubaine, fondamentalement dans les variantes populaire et folklorique. Ses nombreuses recherches furent recueillies dans des publications cubaines et étrangères. Il fut connu aussi grâce à son important labeur éducationnel et de conférencier ; il donna des conférences, non seulement à Cuba, mais aussi dans différents pays d'Europe, et en Amérique centrale et du nord.

Directeur fondateur de la Charanga Nacional de Conciertos, il donna d'innombrables cours et conférences à Cuba comme à l'extérieur. Il publia, dans des revues et des journaux différents articles sur la musique cubaine.

Il réalisa un excellent travail de recherche et possédait un intense aval comme travailleur de la Culture. Il laissa un bon nombres de travaux sur distincts types de musiques.

Des essais et articles comme : Del folklore y la música popular cubana (Du folklore et de la musique populaire cubaine), Música folklórica y ritmos caribeños( Musique folklorique et rythmes caribéens) , Aporte negro a la música cubana ( L'apport des noirs à la musique cubaine), Folklore criollo , Factores que integran la música cubana (Folklore créole. Les facteurs qui intègrent la musique cubaine) , La rumba y Síntesis histórica del danzón La rumba et synthèse historique du danzón), incorpore son intense et diverse bibliographie musicologique.

En 1983, il présenta une motion à l'Assemblée Nationale du Pouvoir Populaire avec la version définitive de notre Hymne National, laquelle fut approuvée et immédiatement il se procéda à l'édition en partition et phonogramme pour la connaissance publique.